• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Réflexion technique

Réflexion technique - Valérie Perez

Les problèmes d’environnement deviennent cruciaux dans notre société actuelle, et à la mesure de mes moyens, j’essaye d’y apporter ma contribution. Le prix des carburants ne cesse d’augmenter, il devient nécessaire de consommer. Si bien que, je me suis intéressée tout particulièrement aux pneus, car je devais en changer deux. Mes témoins d’usure me l’indiquaient, et je ne voulais pas être prise au dépourvu.

Actuellement, tous les pneus sont fabriqués avec des gommes, et les plus résistantes d’entre elles, sont celles qui sont faites avec de la silice. Les nouvelles technologies visent principalement à limiter leur échauffement, ainsi qu’à améliorer leur résistance. Les pneus font partie des points les plus essentiels à la bonne tenue de route, mais ils sont très polluants pour l’environnement. Et avant de faire changer un pneu, je voulais savoir s’il était possible de concilier une attitude écologique avec cette action indispensable.

Après être arrêté chez un ami pour obtenir une soumission toiture laval, je décidais de me renseigner auprès d’un concessionnaire d’ici. Voyant que je regardais attentivement les catégories de pneus qui correspondaient aux dimensions dont j’avais besoin, un vendeur vint vers moi, et je pus lui expliquer la raison de ma visite. Il se proposait de répondre aux questions que je me posais.

Les dessins qui figurent sur la gomme des pneus font l’objet de recherches très spéciales, dans le but d’optimiser les qualités et les propriétés des pneus telles que la tenue de route, l’amélioration de l’évacuation de l’eau ou encore la réduction du bruit créé par le frottement de la gomme sur le bitume, mais ce n’était pas tout parce qu’on trouve sur le marché plusieurs profils de pneus…

Le choix s’avérait compliqué, heureusement pour moi, le vendeur prenait son temps, et avec beaucoup d’amabilité, continua ses explications. Après avoir pris des renseignements sur ma voiture, il me déconseillait les pneus symétriques parce que les dimensions ne seraient pas les plus adaptées à mon véhicule. Il ne semblait pas très favorable non plus, aux pneus asymétriques qui sont coûteux et plus spécialement réservés aux véhicules puissants, qui roulent donc à grande vitesse. Il me dirigea alors vers les pneus directionnels, parce qu’ils tiennent beaucoup mieux la route sur sol mouillé, et parce que leur adhérence est aussi bien meilleure que pour les autres types de pneus. Cet argument me rassura immédiatement. Il m’expliquait qu’avec ces pneus, l’aquaplanage est réellement faible, que la tenue de route en courbe est plus fiable, y compris en virage serré, que sur un sol enneigé, ils ont une excellente adhérence, mais qu’ils s’usent un peu plus rapidement que les autres, et qu’ils sont aussi plus chers.

J’en conclus que ces pneus-là étaient finalement « confortables » , tant sur route mouillée que sur route sèche, et qu’ils offraient une sécurité qui m’apparaissait optimale. Même si je devais me laisser le temps de la réflexion, je savais que ma décision était prise, j’opterai pour ces pneus, et je m’aperçus finalement que l’aspect sécurité me semblait plus important que l’aspect écologique.

 

The author:

author

Passionnée de la nature, des animaux et des relations vraies, on me dit intense, directe et authentique. C’est vrai que j’ai toujours une opinion sur tout et que je ne me gêne pas pour les exprimer ! Qui m’aime me suive … sur mon blog.