• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une fin heureuse

Une fin heureuse - Valérie Perez

En prenant cette écharpe, je ne pensais pas que je m’en servirais autant pendant mes vacances chez Gertrude et Francis. Ils ont une très belle demeure, située près d’une ville charmante. Ils m’avaient conseillé de prendre mon rideaux extérieur pour terrasse. J’étais sûr que je ne trouverais pas ce que je voulais, mais j’avais eu tort, contrairement à eux. Je les connais depuis plus de vingt ans, car ils furent des amis de mes parents avant de devenir les miens. J’avais compris que je pouvais leur faire une confiance totale quand il m’avait soutenu lors de moments difficiles. Comme je suis régulièrement invité chez eux, je sais que je dois bien me couvrir. Ils sont près de la mer et les soirées sont fraîches, même en été. Je savais que je respirerais mieux chez eux que chez moi, pendant cette interminable et terrible canicule qui s’abattait sur nous depuis quelques semaines.

Ce n’était pas la première fois que je partais dans cette maison, mais je savais que ce serait la dernière. Mes deux amis la vendaient, car ils considéraient qu’ils n’avaient plus assez d’énergie à consacrer à des voyages entre leur appartement et cette très grande maison. Ils avaient cherché à la louer, à la vendre, et même à trouver un gardien, à qui ils auraient offert le loyer contre des travaux de jardinage et d’entretien de la maison. Gertrude m’avait expliqué que son neveu avait été intéressé et que, finalement, ce serait lui qui habiterait leur logement. Je n’avais pas pensé à me proposer à ce poste, quand la possibilité s’était présentée à moi, car j’avais d’autres projets en vue, à ce moment-là. Je regrettais un peu, d’autant plus que mes projets ne s’étaient pas concrétisés.

Maintenant qu’ils avaient trouvé quelqu’un, je savais que je ne pourrais plus venir dans cette maison. J’avais décidé que je prendrais quelques clichés des endroits que j’avais tant apprécié. De nombreux souvenirs me sont revenus, dès que je suis entré dans la propriété. J’étais déjà nostalgique alors que je pouvais encore profiter de ce lieu extraordinaire, j’ai donc ravalé ma tristesse, et je n’ai pas montré à mes hôtes ces sentiments qui m’agitaient. Le soir, après le repas, ils m’ont annoncé que leur neveu ne pouvait pas venir, il avait eu une opportunité exceptionnelle qui ne se refusait pas. J’ai donc proposé de venir m’installer dans leur logement, ils ont accepté.

 

The author:

author

Passionnée de la nature, des animaux et des relations vraies, on me dit intense, directe et authentique. C’est vrai que j’ai toujours une opinion sur tout et que je ne me gêne pas pour les exprimer ! Qui m’aime me suive … sur mon blog.